Portage salarial informatique

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Le portage salarial en informatique fait intervenir trois acteurs : un salarié porté, une société de portage et un client bénéficiaire d'une mission de portage.

Le portage salarial peut convenir à plusieurs types de professions :

Portage salarial informatique : types de prestations

Le portage salarial en informatique propose des services informatiques réseaux ou non, hard et/ou soft.

Les prestations habituelles sont les suivantes :

  • conseil ;
  • ingénierie/mise au point/développement ;
  • après-vente/dépannage.

Double gain généré par le portage salarial informatique

Les missions de portage salarial informatiques génèrent du temps pour le consultant et des économies pour le client.

Pour le « porté », le portage salarial en informatique apporte un gain de temps ainsi que d'autres avantages similaires au portage salarial pour consultants :

Portage salarial informatique : avantages pour le « porté »
Avantages stratégiques
  • Bénéfice :
  • Création d'une clientèle.
  • Portefeuilles pouvant être « revendus ».
  • Libre négociation des :
    • cahiers des charges ;
    • devis et tarifs ;
    • délais et modalités.
  • Test/essai d'une activité si l'on est au chômage, en reconversion, pas sûr de la pérennité d'un projet, etc.
  • Pas de paiement de charges.
Gain de temps et liberté
  • Liberté de gestion et organisation de son temps et de sa disponibilité en acceptant ou non telle ou telle mission.
  • Pas de tâches administratives et comptables : permet de se concentrer uniquement sur son cœur de métier.

Pour le client, le portage salarial informatique offre :

  • l'optimisation de la sous-traitance de projets voire, si ces derniers sont pérennes, la possibilité d'utiliser (en présence de talents non disponibles en interne) le portage comme recrutement et période d'essai inavouée ;
  • la faculté à constituer des équipes pluridisciplinaires et modulables, en mélangeant compétences internes et compétences externes ;
  • la possibilité, en présence d'offres concurrentielles, de mettre en compétition les SSII et des consultants indépendants devenus « portés » et capables de casser les prix.

Pour les sociétés de portage, en dehors de leur mission de facturation/intermédiation qui justifie leur existence, le portage salarial informatique permet :

  • de diversifier son offre de services de portage salarial aux entreprises ;
  • la manifestation de la présence de SSII (sociétés de services en ingénierie informatique) sur le créneau. Dans ce cas, les SSII procèdent :
    • par création de filiales ad hoc ;
    • ou par rachat de sociétés de portage préexistantes et intégrées ensuite à la SSII dans une dimension « groupe ».

Portage salarial informatique: les limites de la formule

L'ordonnance du 2 avril 2015 et l'accord du 24 juin 2010 sur le portage salarial encadrent les opérations de sous-traitance informatique utilisant le portage.

L'ordonnance du 2 avril 2015 et l'accord du 24 juin 2010 prévoient que l'opération de portage concerne exclusivement :

  • des salariés « portés » qualifiés dans un domaine et disposant d'une autonomie suffisante ;
  • des salariés « portés » propriétaires de leur clientèle ;
  • des entreprises de portage non-propriétaires de la clientèle, mais simples intermédiaires de facturation entre « porté » et client ;
  • des clients recourant au portage afin de satisfaire des tâches occasionnelles ou ponctuelles qui :
    • soit ne relèvent pas de leur activité permanente ;
    • soit ne peuvent être réalisées en interne faute de savoir-faire disponible.

Conséquences pour le client et les sociétés de portage

L'encadrement de l'activité de portage salarial informatique a des conséquences pour le client et la société de portage :

Portage salarial informatique : les difficultés
Client
  • Avoir recours au portage pour faire de la fausse sous-traitance : exécution par des « portés » de tâches non occasionnelles et/ou non ponctuelles.
  • Ces tâches peuvent :
    • avoir été précédemment exécutées par des personnels (hypothèse de restructuration et suppression de postes) ;
    • ou non pourvues par le biais de contrats à durée indéterminée (hypothèse de refus d'embauche et/ou de refus d'embauche sous CDI).
Sociétés de portage (filialisation d'activité de SSII) Voir leur clientèle non intégrée à leurs portefeuilles de clients :
  • dévalorise la valeur de l'actif global du groupe et/ou de la société de portage en cas d'étude de projet de cession ;
  • entraîne des conflits concernant les identifications, délimitations et protections des clientèles et savoir-faire respectifs du « porté » et de la SSII, directement, ou par le biais de sa filiale.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Fonctionnement

Sommaire